Les tests multiventilateurs par compensation

Les enjeux de l’étanchéité à l’air entre l’intérieur et l’extérieur d’une enveloppe chauffée sont multiples :

Pour s’assurer de la considération de ce sujet dans le cadre la réalisation d’un bâtiment de logement collectif, la Réglementation Française (RT2012) impose depuis le 1 janvier 2013 une mesure d’infiltrométrie à réception. Dans ce sens, une règle d’échantillonnage (FD P50784) est très souvent utilisée et amène à se cantonner à tester qu’un panel de logements et à extrapoler la performance d’étanchéité à l’air à l’ensemble du bâtiment. Rien ne nous empêche de tester l’ensemble du bâtiment mais pour des raisons de cout de prestation, le choix s’oriente la quasi-totalité des cas vers cet échantillonnage.

Dans le cadre de la démarche passive (PassivHaus), ces règles d’échantillonnage ne s’appliquent pas et l’ensemble du bâtiment se doit d’être testé ceci en une seule mesure (Calcul global) ou logement après logement (Moyenne des calculs de chaque logement).

Dans le cadre des logements desservis par coursives extérieures (et donc avec une porte palière donnant sur l’extérieur), le test d’étanchéité ne pourra pas être testé dans sa globalité avec une simple porte compte de l’indépendance aéraulique des logements par rapport aux autres.

 

Exemple de bâtiment collectif de logements avec coursives extérieures: quartier VAUBAN, Fribourg en Brisgau (Allemagne)

Compte tenu des niveaux de performance attendus en PassivHaus (n50=0,6 1/h), la mesure logement par logement amène à additionner les fuites interlogement aux fuites entre l’intérieur et l’extérieur de l’enveloppe chauffée ce qui pénalise très souvent le résultat final.

Dans ce sens et pour garantir l’obtention de la certification à réception via un test d’infiltrométrie conforme, 2 méthodologies peuvent être suivies :

 

Détails de conception sur un projet de logements collectifs

 

 

Protocole de mesure d’un test d’infiltromérie multiventilateurs par compensation

 

Au regard des éléments évoqués ci avant, la conformité du résultat final ne doit pas être le seul maître mot de l’équipe du projet (MOA/MOE/Entreprise).

En effet, en usage un bâtiment ayant des faiblesses d’étanchéité à l’air interlogement sera plus sensible aux problématiques acoustiques et de qualité d’air (odeurs). Ces 2 sujets d’inconfort sont d’ailleurs amplifiés dans le cadre des constructions passives compte tenu de cette performance d’enveloppe qui amène les habitants à davantage se rapprocher de leurs voisins et à s’éloigner du boulevard passant en contrebas de leur logement.

Réalisation d’un test par compensation sur une opération de 24 logements (SOLEO – FleuriayeII)